Un dimanche à la campagne

Retour en images d’une journée d’élection dans un petit village auvergnat.
Ici, pas de bagarres entre candidats, il n’y a qu’une seule liste avec un maire sortant qui se représente pour son dernier mandat (ce sera le troisième) et du sang neuf dans l’équipe avec neuf nouveaux conseillers sur les quinze. Pas d’appartenance politique, pas de calcul à faire sur les alliances avec les uns ou avec les autres, le programme est simple : oeuvrer au mieux pour la commune et terminer les nombreux chantiers du mandat précédent.

Isoloir
Isoloir
La suite...

Semaine après semaine – les vignerons

2014 – Semaine 9
Cette semaine, mise en bouteilles de la cuvée 2013 et des restes de la cuvée 2012. Le camion-chaîne d’embouteillage est revenu dans la cour de la cave et pendant une journée et demi, ça a été le ballet du Manitou qui chargeait les palettes de bouteilles vides et déchargeait les cartons pleins (50 et 75 cl) au rythme du remplissage des bouteilles qui s’entrechoquaient sur la machine, d’abord vides, puis pleines, bouchées, étiquetées.
Quelque part sur cette chaîne, les bouchons attendent d’être enfoncés dans un goulot.

Bouchons
Bouchons

2014 – Semaine 7
Salons, marchés et expositions sont un des moyens de faire connaître le domaine. En décembre, il y a eu les marchés de Noël, dans une ambiance souvent festive. Et en ce début d’année, plusieurs salons ont déjà eu lieu dont Vinidôme à Clermont-Ferrand, où j’avais vu Laure et Jean-Baptiste pour la première fois l’année dernière. Ces expos sont l’occasion de rencontrer des clients et d’autres producteurs, de faire goûter les vins, discuter, expliquer et bien sûr vendre.
Une particularité cette année pour les cartons : ce ne sont pas les modèles classiques de 2 x 3 bouteilles, mais des cartons à plat, avec 1 x 6 bouteilles. C’est un peu plus encombrant au sol, mais l’empilement des cartons est bien plus stable. Et puis ça change !

Salon
Discussion
La suite...

Semaine après semaine : les travaux dans ma rue

2013 – Semaine 48
Fin de la première partie ! Le réseau d’évacuation des eaux usées est terminé, la mission de l’entreprise Chaleix aussi. Pour les autres réseaux (eaux pluviales, eau, téléphone et électricité), c’est une deuxième entreprise qui entrera en jeu.

Fini
Fini

2013 – Semaine 47
Depuis la semaine 40, le temps s’est un peu dégradé et les gouttes de pluie se sont transformées en flocons de neige. Mais ça n’a pas empêché la pelleteuse de creuser et le tracto d’aller et venir dans les rues pour évacuer la terre.

Neige
Neige
La suite...

Semaine après semaine – la boulangerie

2013 – Semaine 48Le début de la (deuxième) journée (en une). Il est un peu plus de 8 h et Joël part en tournée. Il est la boulangerie depuis minuit, Corinne est arrivée vers 4 h, les pains sont cuits et sortis du four, rangés dans la boutique et chargés dans le camion. Et c’est parti sur les routes des environs jusqu’à plus de midi.

Début de tournée
Début de tournée

2013 – Semaine 47
Toujours dans la préparation de la tournée du matin, les baguettes à peine refroidies rejoignent une panière.

Chargement
Chargement
La suite...

Au fil des saisons – automne 2013

20 novembre 2013
Prémices de l’hiver

Outils
Outils
Pas
Pas

16 novembre 2013
Laquelle croire ?

Belleville
Belleville
La suite...

Au fil des saisons – été 2013

19 septembre 2013
Une dernière mise à jour pour ce fil saisonnier bien peu fourni. Mon actualité photo était ailleurs…
Courant juillet, je suis allée faire un tour en Limousin pour aller voir des motos diesel. Oui, oui, des motos qui fonctionnent au gasoil. Des Royal Enfield en l’occurence. Côté économie, ça consomme encore moins que ma F650 GS qui a déjà une tendance chameau assez prononcée : 1,5 l aux 100 km pour les moteurs diesel contre 3,5 à 4 l pour mon mono. Par contre, côté vitesse de pointe, ma moto n’est déjà pas un foudre de guerre, mais les Royal Enfield, c’est vraiment fait pour flâner le nez au vent tranquillement dans la campagne et pas pour franchir le mur du son sur l’autoroute.
Alors une Royal Enfield diesel, ça ressemble à ça :

De loin
De loin
La suite...

[Pikes Peak, c’est fini] Comme aux Oscars

La dernière fois, nous vous avions laissé à Las Vegas. Depuis, on a fini de traverser la Californie pour aller monter et descendre les rues de San Francisco puis prendre l’avion puisqu’il faut bien rentrer un jour (enfin il parait). Et depuis deux semaines, nous avons atterri en France. Par contre, nos têtes sont un peu restées quelque part au-dessus des nuages, pas loin des étoiles.
En parlant d’étoiles, nous allons, quelques instants, nous croire encore un peu aux Etats-Unis, à Hollywood exactement, et nous prendre pour des stars de cinéma à la remise des Oscars. Voici donc le temps des remerciements 🙂

La suite...

[Après Pikes Peak] They said « YES » !

Dimanche 7 juillet
Cela fait maintenant une semaine que la course est finie et après une journée de repos et de remballage du side qui est reparti en direction de la France par camion puis par bateau, nous avons pris la route afin de traverser la partie ouest des Etats-Unis.
La route est longue et la météo… variable.
Déjà, la course de Pikes Peak a tenu à pas grand chose : le lendemain de la montée, il neigeait au sommet tandis qu’en bas, les rues de Manitou Springs étaient envahies par l’eau. C’était un premier aperçu des conditions météo qui peuvent varier beaucoup d’une journée à l’autre et d’un état à l’autre.
La preuve, nous sommes partis par une température agréable et sur la route, nous avons trouvé ça :

La suite...

[Pikes Peak] La cerise sur un énorme gâteau

Dimanche 30 juin
Cette fois-ci, on y est ! Mais ça pique un peu quand même : lever à 1h du mat’, pour partir du lodge à 1h30 et être aux portes de Pikes Peak vers 2h.

La suite...

[Pikes Peak] Derniers runs avant la montée finale

Vendredi 28 juin
Cette matinée, derniers essais et les plus importants : les qualifications. Cela se passe dans le bas de Pikes Peak, partie très sinueuse et rapide et pas encore trop pentue, sauf sur la fin. Le réglement dit que ne participeront que les pilotes ayant fait au maximum 115 % du temps du plus rapide. Autant dire que ça transpire sous certains casques par peur de ne pas être retenu.
Comme on est en bas, pas besoin d’arriver (trop) tôt sur le site : youpi, ce matin, c’est grasse mat’, on peut dormir jusqu’à 3h ! On s’installe au milieu des arbres, le soleil se lève, briefing des pilotes, prière… Nous commençons à être habitués.

La suite...